compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA PRELE DES CHAMPS (queue de renard)

Encore une mauvaise herbe exceptionnelle, et en plus très ancienne. Elle remonte aux origines de la terre et des traces fossiles de cette plante ont été retrouvées dans la houille ! La seule différence, si l'on peut dire, c'est qu'à l'époque, la prêle était aussi grande... qu'un arbre.

Que de fois j'ai essayé de déraciner (en vain...) ces queues de renard qui revenaient toujours et toujours dans le jardin, les rizhomes noires cassant régulièrement avant de les avoir extirpés en totalité. Et pourtant, c'est un bienfait de la nature : elles contiennent beaucoup de silice et des acides organiques, des principes amers, des acides gras, du calcium, des sels de potassium, des sels minéraux, du magnésium, du fer, du phosphore, du manganèse, et du souffre. En principe, c'est tout !!!

Vous vous en doutez sans doute, on fait donc du purin de prêles, et des décoctions en pulvérisation pour lutter contre les maladies cryptogamiques des plantes. Par ailleurs... la silice a une action bénéfique sur les articulations des arthrosiques. C'est un antiseptique, elle soigne les troubles nerveux. Enfin, aucun rapport, ça sert servait à récurer les plats et les assiettes. Au Japon, il paraît qu'ils mangent les jeunes poussent fertiles du printemps comme des asperges. Ces japonais, alors...

En plus de son grand âge, cette petite vivace très fréquente (qui pousse dans les sols acides et humides), ne fleurit pas, n'a ni fruit, ni graines et se reproduit par spores (comme les champignons). Faut le faire, quel sport... (je ne suis pas mécontent de cette là :-)

Elle produit deux types de pousses : fertiles (au printemps) et stériles (un peu plus tard). Ici, ce sont des pousses stériles :

 

prêle,nature,photos,senlisse

 

 

Commentaires

  • C'est bien de se faire rire tout seul !
    :-)
    Pour les rhizomes c'est une autre histoire donc, et là ... on rit jaune ! (Je ne suis pas mécontente de celle-là !)
    Ah oui elle est vraiment exceptionnelle cette plante ... aussi grande qu'un arbre !!! (houille, houille, houille !)
    Je croyais que ce que l'on appelait "Queue de renard" c'était ces longues fleurs rouges bien fournies tombant en panaches ... Qu'en est-il ?

  • Alors là, ce soir, c'est un véritable festival ! Quelle agilité pour jouer avec les mots. Et en plus MAP s'y connait en plantes car effectivement, l'amarante est aussi appelée "queue de renard". Et il y en a d'autres...http://fr.wikipedia.org/wiki/Queue-de-renard

  • Ah, bien ! Merci pour le lien.
    Je viens d'apprendre que le "queue-de-renard" est aussi un nom de couleur !

  • Oh oui, celle-là aussi ! On détache les étages" de la tige un par un et on les remboîte après, c'est drôle. Avec toi la fargussienne régresse à fond dans le "quand on était p'tits on cueillait, on goûtait, on mâchouillait, on ramassait, on faisait de bouquets..." c'est chouette !

  • Rajeunir... voila un bon programme !

  • comment détruire lesQUEU DE RENARD DANS LES JARDINS

  • Bonjour Aubry et bienvenue. A mon avis (humble), il n'y a pas de recette miracle. De la persévérance, et du courage ! Retirer les racines le plus profondément possible (en plus, elles se cassent...). Tant qu'il reste un morceau de racine en terre, la queue de renard va se régénérer. Bon courage !

  • j aimerais comment savoir comment les detruires j en ai plein mes plattes bandes un conseil s,v,p

  • Bonjour Nicole. Pas de nouvelle recette depuis les conseils donnés à Aubry...

Les commentaires sont fermés.