compteur de visite /Users/bernardpoulain/Desktop/googlebc892f82d975c592.html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FLORE DE SENLISSE

  • MAGNOLIA LOEBNERI "MERILL"

    J'aime beaucoup ce magnolia. C'est un cultivar à la floraison blanche particulièrement abondante. Il est issu d'un croisement entre le magnolia kobus et le magnolia stellata. Il possède le port érigé du premier et les fleurs en étoile du second.

    magnolia.jpg

    Bien que souvent cultivé sous la forme d'un buisson, il peut parfois se développer en un petit arbre. Les jeunes spécimens sont très érigés, mais leur port s'élargit par la suite et la largeur définitive dépasse souvent la hauteur.

    magnolia merill.jpg

    La floraison (abondante) intervient avant les feuilles. Les fleurs en étoile  sont odorantes et blanches mais attention au vent et au gel. Enfin, ce magnolia serait plus breton que méditerranéen car un climat doux, pas trop ensoleillé lui convient tout à fait.

    Le spécimen magnifique de la photo se trouve à Senlisse, à cinq minutes de chez moi...

     

     

  • LA CERASTOCULTURE

    Je ne connaissais pas ce mot avant un petit séjour à Tréhiguier dans l'estuaire de la Vilaine, la semaine dernière. C'est la partie de l'aquaculture qui concerne l'élevage et la reproduction des coques.

    P1000157bis.jpg

    Les coques se reproduisent en été et seulement dans leur milieu naturel.
    Le naissain naturel des coques provient essentiellement de la baie de la Vilaine.
    Il est récolté par des pêcheurs professionnels sur des petits chalutiers et revendu aux éleveurs de coques, les cérastoculteurs, à partir de septembre et pendant l'hiver.

    P1000160bis.jpg

    Les petites coques sont alors mises à la pousse, dans des vasières sablonneuses se découvrant à toutes les marées.
    Elles restent entre 18 mois et 2 ans en parcs, enfouies dans le sable, jusqu'à la récolte. Celle-ci s'effectue en général avec des tracteurs munis de récolteuses, ou par drague (avec un bateau).

    Tréhiguier.jpg

    Les coques sont principalement élevées dans les Traicts du Croisic, et aussi en baie de Somme.

  • L'HERBE AUX HEMOROIDES...

    C'est la ficaire (ficaria verna) ou fausse renoncule, de la famille des renonculacées.

     

    ficaire.jpg

    J'aime cette petite vivace aux feuilles en forme de coeur et aux fleurs d'un jaune vif éclatant car elle apparait dès la fin de l'hiver. On peut la considérer comme un bon couvre-sol pour les zones d'ombre humides même si c'est une adventice sérieuse car très prolifique. 

    Autrefois, il y a longtemps... on soignait les hémoroïdes avec une préparation à base de racines de cette plante et de saindoux. 

    Enfin, il existe quelques variétés horticoles à fleurs doubles.

  • BIENTOT 10 ANS...

    Le 17 avril prochain, ce blog aura 10 ans d'existence. C'est plus qu'un bail (presque 1000 notes), et j'éprouve parfois un peu de lassitude à continuer car il y a moins de visiteurs au fil des années..  Mais j'ai toujours un grand plaisir à faire des photos dans la nature ou lors de mes balades en France.

     

    FloredeSenlisse.jpg

     

    Je ne pense pas arrêter mais il est possible (et probable...) que les publications soient désormais plus espacées. Ce sera un peu au gré de mon humeur et de mes trouvailles :-) 

  • PARIS... scènes de vie

    Deux photos, parmi mes préférées...

     

    _Paris.jpg

     

    L'attente... C'est le seul et dernier manège mécanique à mains de Paris (jardin du Ranelagh 16ème arrondissement).

     

    Paris 2.jpg

    Mimétisme... au Jardin des Tuileries.

  • LE BAMBOU SACRE

    Le bambou sacré (nandina domestica) ne ressemble pas vraiment à un bambou. C'est un arbuste de jardin très ornemental au feuillage persistant et décoratif. Il est originaire de Chine et du Japon. Il peut atteindre 2 mètres de haut et la floraison intervient au mois de juillet.

     

    bambou sacré.jpg

     

    Il résiste au gel jusqu'à - 15 °C s’il est abrité des vents froids et desséchants. Donc, en principe, pas trop de problème en ile de France. Celui de la photo qui a été planté au printemps 2017 a bien résisté à la neige et au froid de la semaine dernière.