compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plantes sans fleurs

  • LA FOUGERE MALE (dryoptéridacées)

    Pourquoi la fougère mâle, et pas la fougère femelle ? Il existe en effet une fougère mâle une fougère femelle, une fausse fougère mâle et plein d'autres fougères (au total, une centaine d'espèces). Ce sont des plantes très primitives qui ne possédent pas de fleurs. La fougère mâle est l'une des plus communes et des plus spectaculaires par sa taille et c'est la raison pour la quelle elle a été appelée fougère mâle... Oui Mesdames !

     

    nature,fougères,senlisse,photos

     

    Elle pousse en général dans les lieux frais et ombragés, volontiers sous les "chênes","comme un bouquet d'ailes emplumées". C'est une fougère vivace en touffes hautes de 50 à 150 cm, qui se développe d'abord en avril sous forme de crosses enroulées, roux clair, écailleuses et belles, puis se déroule en déployant ses ailes qu'on appelle des frondes. Ses feuilles sont divisées une fois, pennées, à segments profondément lobés, pétiole vert, écailleux. La souche de la plante erst composée de rhizomes épais, assez courts, couverts d'écailles.

    Pour distinguer la fougère mâle des autres fougères (ce qui est loin d'être évident, notamment pour moi...), il faut avant tout se référer aux spores regroupés en petits paquets sous les feuilles, à leur forme et leur disposition. Chez la fougère mâle, ils ont la forme d'un rein ou d'un fer à cheval.

    Cette plante, comme d'autres fougères, est plus ou moins toxique donc pas d'automédication. Elle est cependant utilisée depuis fort longtemps par la médecine en tant qu'anti-parasitaire végétal, notamment contre le ténia. Et on confectionnait aussi des paillasses avec les frondes sèches.

    Malgré cette relative toxicité, elle a été consommée autrefois en période de disette en Auvergne (oui, Laurence !)

    Enfin, dans certaines croyances populaires, les souches qui au printemps avaient 5 crosses (ainsi que les doigts de la main) étaient recherchées et considérées comme un talisman. La "main de Saint Jean".

  • LA FAUSSE CAPILLAIRE (aspléniacées)

    Après la scolopendre commune (ici), je vous présente une autre plante sans fleurs. C'est une fougère, assez décorative à mon goût, qui pousse en touffe sur les vieux murs, les rochers, à l'intérieur des puits, dans l'escalier qui descend à ma cave... Elle recherche l'humidité mais résiste assez bien à la sécheresse. De mai à septembre.

     

    nature,fougère,78,photos

    Les élégantes feuilles (frondes) ont un axe noir et luisant rappelant (un peu...) une chevelure, d'où le nom capillaire. Les folioles opposées sont dentées et dessous, il y a des sporanges qui contiennent des spores microscopiques.  Celles-ci, dans des conditions favorables, peuvent germer et donner de nouvelles petites fausses capillaires.

     

    nature,fougère,78,photos

     

    C'est tout... aujourd'hui, pas de visite de ma cave voutée et humide :-)

     

     

     

  • LA SCOLOPENDRE COMMUNE (polypodiacées)

    Après la fleur brune d'hier, voici aujourd'hui la plante sans fleurs. C'est une fougère à feuilles allongées et entières, en touffes, appelée aussi langue de cerf. Rien à voir donc avec le petit animal ressemblant aux mille pattes !

     

    nature,plantes,photos

    On la rencontre de juin à août sur les vieux murs (ma maison !), sur les vieilles pierres, dans les ravins humides, surtout sur sol calcaire.

    Elle fait partie des plantes sans fleurs, comme la fougère, la prêle. Je la trouve plutôt jolie... elle ressemble un peu à certaines plantes décoratives que l'on voit chez les fleuristes.

     

  • LA PRELE DES CHAMPS (queue de renard)

    Encore une mauvaise herbe exceptionnelle, et en plus très ancienne. Elle remonte aux origines de la terre et des traces fossiles de cette plante ont été retrouvées dans la houille ! La seule différence, si l'on peut dire, c'est qu'à l'époque, la prêle était aussi grande... qu'un arbre.

    Que de fois j'ai essayé de déraciner (en vain...) ces queues de renard qui revenaient toujours et toujours dans le jardin, les rizhomes noires cassant régulièrement avant de les avoir extirpés en totalité. Et pourtant, c'est un bienfait de la nature : elles contiennent beaucoup de silice et des acides organiques, des principes amers, des acides gras, du calcium, des sels de potassium, des sels minéraux, du magnésium, du fer, du phosphore, du manganèse, et du souffre. En principe, c'est tout !!!

    Vous vous en doutez sans doute, on fait donc du purin de prêles, et des décoctions en pulvérisation pour lutter contre les maladies cryptogamiques des plantes. Par ailleurs... la silice a une action bénéfique sur les articulations des arthrosiques. C'est un antiseptique, elle soigne les troubles nerveux. Enfin, aucun rapport, ça sert servait à récurer les plats et les assiettes. Au Japon, il paraît qu'ils mangent les jeunes poussent fertiles du printemps comme des asperges. Ces japonais, alors...

    En plus de son grand âge, cette petite vivace très fréquente (qui pousse dans les sols acides et humides), ne fleurit pas, n'a ni fruit, ni graines et se reproduit par spores (comme les champignons). Faut le faire, quel sport... (je ne suis pas mécontent de cette là :-)

    Elle produit deux types de pousses : fertiles (au printemps) et stériles (un peu plus tard). Ici, ce sont des pousses stériles :

     

    prêle,nature,photos,senlisse