compteur de visite /Users/bernardpoulain/Desktop/googlebc892f82d975c592.html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

78

  • LE CORNOUILLER SANGUIN (cornacées)

    C'est un arbrisseau de 1 à 5 m, caractérisé par des feuilles (caduques) opposées avec des nervures secondaires arquées convergent vers la pointe de la feuille. Oui, ce n'est pas très commun !

     

    nature,baies sauvages,78,photos

     

    Les fleurs sont blanches, à 4 pétales, en corymbes (floraison de mai à juillet).

    Quant aux fruits, ce sont de petites baies en grappes, rouge puis noire, contenant un gros noyau globuleux. A l'automne, les feuilles deviennent lie-de-vin.

    L'espèce est très commune (lisières de forêts, haies...). Ses autres noms : bois puant, bois punais, sanguine, cornouiller femelle.

    L"égèrement toxique. Confusion possible (pas pour Sambuca) avec le sureau noir.

  • L'ASTER LANCEOLE (astéracées)

    C'est une vivace qui a pris un jour la poudre d'escampette puisqu'elle s'est répandue à partir des jardins. La floraison est assez tardive (août à octobre). On peut donc effeuiller cette joile fleur (qui ressemble vaguement à la marguerite) assez tard en saison :-)

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    Les tiges de 0,60 m à 1,30 m sont érigées, vertes, parfois teintées de pourpre. Quant aux feuilles, elles sont lancéolées, dentées et glabres. Les fleurs ligulées de couleur généralement blanches sont très étroites et fines.

    On trouve cette joile petite fleur un peu partout (bord des rivières, friches...).

    Dans le Jura, il existe aussi l'Aster de la Nouvelle-Angleterre (fleur bleu/violet ) et l'Aster de la Nouvelle-Belgique (fleur bleu pâle).

  • LE SENECON COMMUN (astéracées)

    Encore une mauvaise herbe très commune... et elle fleurit toute l'année. C'est une annuelle de 10 à 40 cm aux feuilles très découpées. Capitules de fleurs jaunes; Les graines sont transportées par le vent sur de grandes distances grâce à leur parachute et produisent de nouvelles graines en 5 semaines.

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    Toute la plante est très appréciée par les chenilles et les graines font le régal des chardonnerets et des linottes.

    On la trouve un peu partout, dans les cultures, les chemins, elle est très fréquente et TOXIQUE. Encore une !!!.

  • LA BERCE COMMUNE (apiacées)

    Est-il nécessaire de faire les présentations tellement elle est commune ? On rencontre la berce commune, ou berce spondyle, dans les champs, au bord des routes, un peu partout en France de mai à septembre (sauf en région méditerranéenne).

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    C'est une vivace qui peut atteindre 2,00 m, très poilue. Les tiges sont cannelées et creuses. Les feuilles larges, découpées en grands segments anguleux, sont réunies en touffe au pied de la plante. Le pétiole des feuilles de la tige porte à la base une large gaine enfermant l'inflorescence. La hampe florale est coiffée d'une grande ombelle aplatie composée de fleurs blanches. L'odeur très... particulière des fleurs attire les mouches et autres insectes. Les fruits ovales sont formés de deux akènes striés. Nombreuses sous-espèces et variétés.

    Cette plante est connue pour ses qualités culinaires. Certains (pas moi) mangent les jeunes feuilles en salade, ou cuites en gratin, en soufflé, en quiche, les jeunes tiges, les fruits en sorbet, et même les racines qui seraient aphrodisiaques... Attention cependant de ne pas la confondre avec la petite ou la grande ciguë, très toxiques.

    Les tiges renferment un suc qui, frais, peut être irritant pour la peau (effet photosensibilisant). Par ailleurs, cette berce a une cousine, très décorative car très développée (5 m de haut). C'est la berce du caucase, et j'ai vu cette berce géante à Senlisse, dans l'enceinte de l'ancienne jardinerie sur la route de Cernay à Chevreuse.

    Cette plante produit une toxine phototoxique qui réagit si on l'expose à la lumière. Elle est présente dans la sève et peut provoquer des brûlures sévères de la peau si l'on expose à la lumière la zone infectée. Et si vous ne me croyez pas, allez donc voir ici... Et en plus, c'est une plante invasive ! Tout pour plaire !

  • SENECON JACOBEE (astéracées)

    C'est une bisannuelle ou vivace de 0,30 m à 1,20 m, ramifiée dans la partie supérieure.

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    Les feuilles sont découpées, les tiges marron/rouge, les fleurs en capitules nombreux, jaune doré, dispersés et formant une fausse ombelle.
    Floraison de juin à novembre. Fréquente et TOXIQUE.

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    Si possible, ne pas confondre avec le millepertuis commun (ici) et solidage verge d'or (à venir... un prochain jour, sans doute)

  • LA FAUSSE CAPILLAIRE (aspléniacées)

    Après la scolopendre commune (ici), je vous présente une autre plante sans fleurs. C'est une fougère, assez décorative à mon goût, qui pousse en touffe sur les vieux murs, les rochers, à l'intérieur des puits, dans l'escalier qui descend à ma cave... Elle recherche l'humidité mais résiste assez bien à la sécheresse. De mai à septembre.

     

    nature,fougère,78,photos

    Les élégantes feuilles (frondes) ont un axe noir et luisant rappelant (un peu...) une chevelure, d'où le nom capillaire. Les folioles opposées sont dentées et dessous, il y a des sporanges qui contiennent des spores microscopiques.  Celles-ci, dans des conditions favorables, peuvent germer et donner de nouvelles petites fausses capillaires.

     

    nature,fougère,78,photos

     

    C'est tout... aujourd'hui, pas de visite de ma cave voutée et humide :-)

     

     

     

  • LA TANAISIE (astéracées)

    J'aime beaucoup cette mauvaise herbe, sans doute à cause du jaune (d'or ?) bien spécial de ses fleurs et du vert (olive ?) de ses feuilles. Mais peut-être que je me fais "des idées" et que ces deux couleurs sont très ordinaires. Disons alors que j'aimre bien ce jaune et ce vert, ainsi que les capitules aplatis...

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    C'est une vivace à rhizomes de 40 à 120 cm, commune le long des chemins et des routes. Ses feuilles très découpées sont odorantes mais je ne saurais dire le parfum. Les fleurs (juillet à octobre) sont des capitules jaune vif, aplatis.

    Cette plante entre dans la composition de liqueurs (Bénédictine). Son parfum éloigne les insectes, les puces et punaises. Autrefois, en en mettait dans la niche des chiens et ... sous les matelas.

    Elle aurait pour certains, à dose modérée, des vertus médicinales (contre les vers et oxyures...) et pour d'autres, elle serait toxique. Inutile donc, à mon avis, de faire des essais !

  • LA BARDANE (astéracées)

    Tous les enfants (de la campagne) connaissent l'herbe aux pouilleux, le grateron, l'oreille de géant, guérit-tout... très commune en France. Elle fait en effet leur bonheur quand ils se bombardent avec ses fruits hérissés de petits crochets qui s'accrochent ausi bien aux vêtements qu'au pelage des animaux qui passent. Elle fait également celui des adultes quand ils savent les services que cette plante peut leur rendre.

     

    nature,fleurs,78,photos

     

    C'est une bisannuelle (la petite bardane) de 0,60 m à 1,30 m. La tige est souvent rougeâtre. Les feuilles, très caractéristiques, sont épaisses, très grandes (0,50 m), ondulées, alternes et cotonneuses en dessous. Les fleurs (juillet à septembre) sont pourpre, au calice renflé, composé de nombreuses bractées terminées en pointes crochues, véritable "velcro".

    La racine et les feuilles contiennent un antibiotique végétal, de l'inuline, des oligo-éléments, et des vitamines A,B,C... Elle aurait un pouvoir comparable à la pénicilline sur le staphylocoque doré (oui, oui ...), le streptocoque, le pneumocoque et bien d'autres vertus encore qu'il serait trop long d'énumérer ici. Mais vous pouvez, si le coeur vous en dit, aller ici pour les détails. En plus, des "recherches modernes ont confirmé ses propriétés hypoglycémiantes et ont démontré des propriétés anti-tumorales", selon M.C. PAUME.