compteur de visite /Users/bernardpoulain/Desktop/googlebc892f82d975c592.html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fruits et baies sauvages

  • LES PRUNELLES

    Cette année, j'ai remarqué en me baladant que les fruits du prunellier sont très nombreux au bord des chemins. La saison pluvieuse est peut-être à l'origine de ce phénomène...

     

    prunelles.jpg

     

    Malheureusement, les prunelles sont pratiquement immangeables nature car excessivement âpres. Pour faire des confitures, il est indispensabe d'attendre les gelées de décembre (comme pour les nèfles). Et il faut aimer, car c'est très "particulier"... Attention, ne pas confondre avec les fruits du troëne.

     

    prunelles 2.jpg

     

    Par contre, on peut faire d'excellentes liqueurs et eaux de vie. Pour ceux (ou celles...) que cela intéresserait, voici un lien ICI. Avec modération, bien entendu !

    Bernard P.

  • LES MYRTILLES (éricacées)

    C'est une des plantes emblématiques de nos montagnes et on ne la trouve donc pas à Senlisse. Dommage !

     

    myrtilles.jpg

     

    Ses autres noms vernaculaires sont : brimbelle, airelle noire, raisin des bois... Les myrtilles développent de nombreuses tiges vertes, anguleuses et ramifiées. Les feuilles sont caduques, alternes, ovales, de couleur vert clair alors que les fleurs naissent à la base des feuilles et sont rose foncé. Ses fruits sont des baies, bleu-noir, pruineuses et au jus à fort pouvoir colorant. Ne pas confondre avec l'airelle, rouge et moins sucrée ou encore le "bluet des Vosges" qui est cultivé.

    On en fait de très bonnes confitures, et des tartes... Hummm !

  • LE SUREAU YEBLE

    Récemment, il nous a été donné un pot de gelée de sureau et au moment de l'ouvrir, j'ai repensé à la toxicité du sureau yèble... et à la confusion toujours possible avec le sureau noir. J'ai déjà abordé ce sujet ICI dans ce blog mais il est peut-être pas inutile d'y revenir en cette époque de l'année où les intoxications sont nombreuses, mais c'est plutôt à cause des champignons.

     

    uwh3.jpg

     

    Pour résumer, le sureau yèble a ses fruits dressés en grappes vers le ciel alors que chez le sureau noir, les grappes sont tombantes vers le sol. Et c'est une plante herbacée alors que le sureau noir est un arbuste de plus grande taille. Enfin, et en plus, le sureau yèble est envahissant. On le voit souvent au bord des routes dans certaines régions.

    Alors attention, les gourmands et mangeurs de confitures !

  • LE FRUIT DE L'ARISTOLOCHE

    J'ai déjà écrit ICI au sujet de cette plante toxique et je ne vais donc pas me répéter afin de ne pas être traité de vieux radoteur :-)

    Par contre, j'ai une nouveauté à vous montrer. C'est le fruit. Il est de la taille d'une grosse noix, est globuleux, capsulaire, pendant et renferme plusieurs graines. En plus, il est assez beau et me fait penser à une toute petite courge pas mûre.

     

    aristoloche.jpg

     

    Ces deux exemplaires pendaient dans un taillis, le long d'un chemin au bord de la Loire. Jamais vu auparavant...

  • L'OSYRIS BLANC (santalacées)

    Toujours dans la séries vieilles photos prises en Provence, voici l'osyris alba (ou Rouvet blanc). C'est un petit arbrisseau ressemblant vaguement à un petit genêt, à rameaux toujours verts, grêles, anguleux avec 3 ou 4 feuilles en étoile à l'extrémité. Les feuilles sont persistantes, simples, alternes, coriaces, d'un vert un peu mat.

     

    osirisblanc.jpg



    Quant aux fleurs (avril à juin) elles sont petites et jaunes (je n'ai pas de photo mais vous pouvez les voir ICI.

    Les fruits (août à septembre) sont des drupes (toxiques), rouge orangé, charnues puis se frippant, en creux au sommet. Chair orange averc une seule et grosse graine. Confusion possible avec les fruits des asperges, du cotonéaster commun...

    Enfin, cette plante pousse dans le maquis, la garrigue, les lieux incultes et secs de le région méditerranéenne mais aussi le long du littoral atlantique.

  • L'EPINE-VINETTE (suite)

    J'ai déjà "parlé" ici du pisse-vinaigre, ou vinettier, ou oseille des bois, ou berberis...

    Il s'agit bien d'un arbrisseau buissonnant, épineux et à feuilles caduques. Je viens d'en rencontrer un exemplaire, il y a quelques jours en me promenant. Il n'y avait plus une seule feuille mais les baies étaient encore là car elles persistent tout l'hiver, quand les oiseaux ne sont pas trop affamés. Cette année, l'hiver n'a pas été rude (jusqu'à maintenant) et il y a donc des restes... au garde-manger.

     

    187535pinevinette.jpg

      

    Une prochaine fois, quand j'aurai une photo, je vous montrerai les fleurs, en grappes pendantes, d'un beau jaune. Mais ce sera plus tard (mai/juin). Peut-être !

  • LA CUCUBALE A BAIES (Caryophyllacées)

    Celle-là, j'ai eu du mal à l'identifier ! Je l'ai rencontrée en juillet tout près de l'étang de la Tour, au bord du chemin, contre une haie et ses fleurs (blanc verdâtre) ont tout de suite attiré mon attention car elles sont originales et belles.

     

    cucubalebaiesbis.jpg



    Et ce n'est que maintenant, avec les fruits (baies non consommables) que j'ai pu lui mettre un nom... en regardant dans mes bouquins. Il s'agit donc d'une plante vivace herbacée, couchée à terre, aux feuilles simples, entières, opposées, retombantes avec des poils blancs et courts. Les baies sont vertes puis noires, luisantes, sphériques, posées sur un grans calice et constitué de 5 sépales s'arrondissant et rabattus en arrière.

    Attention, ces baies peuvent être confondues avec celles de la belladone et de la parisette.

     

    cucubalebaies.jpg

     

    J'aime bien son nom...