Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • TRAVAUX AU CHATEAU DE DAMPIERRE-EN-YVELINES

    Il y a quelques mois, j'ai publié ICI des photos suite à la réouverture du parc du Château de Dampierre-en-Yvelines. Après de longues années de dormance de ce château, je me suis réjoui de la vente de ce domaine historique à Jacky MULLIEZ (et non à des Chinois qui, parâit-il, s'y intéressaient). Et en plus, le nouveau propriétaire a décidé d'importants travaux de restauration.

    château Dampierre.jpg

    Ces travaux viennent réellement de commencer... et j'imagine combien il a fallu d'études préalables, de permis et d'autorisations en tous genres. A titre d'exemple, j'ai trouvé ICI sur le Web, la demande de dérogation à la protection des espèces qu'il a fallu établir (106 pages). En effet, il se trouve que les bâtiments abritent une colonie d'hirondelles ainsi qu'un couple nicheur d'Effraie des clochers.

    Bien entendu, les travaux vont déranger ces oiseaux. Il a donc fallu prévoir la construction d'un préau à hirondelles ainsi que la mise en place d'un site de reproduction de substitution pour le couple d'Effraie des clochers.

    Capture d’écran 2020-02-08 à 16.38.47.png

    Dampierre;bisjpg.jpg

    Après les travaux, il faudra également prévoir un contrôle et le suivi de la colonie d'hirondelles. Et tout cela à bien entendu un coût. Estimation 98 980 euros.... d'après la demande de dérogation à la protection des espèces.

  • FUSAIN NAIN PANACHE (euonymus...)

    Les fusains comptent environ 170 espèces. Ce sont des arbustes de taille modérée, à feuillage caduc ou persistant, rustiques à semi-rustiques suivant les espèces. En hiver, le feuillage coloré des fusains nains panachés apporte un peu de lumière.

    En France, les fusains n'apprécient guère les fortes chaleurs. Certains cultivars à feuillage persistant manquent un peu de rusticité. Ce sont des plantes faciles à vivre et à cultiver, sans exigence particulière, il faut juste leur éviter les sols trop acides. Malgré tout, ils préfèrent les sols profonds, riches et bien drainés.

    Attention, toutes les parties du fusain sont toxiques lorsqu'elles sont ingérées. Elles contiennent un alcaloïde pouvant provoquer des troubles cardiaques et neurologiques.

    fusain-nain-panaché.jpg

    fusain nain 2.jpg

    fusain nain 1.jpg

  • UNE COURGE D'HIVER : LA BUTTERCUP

    Les courges d’hiver se distinguent de leurs cousines d’été par leur goût plus sucré, leur parfum plus prononcé et leur chair moelleuse.

    Il y a de nombreuses courges, aux formes et couleurs différentes, à la chaire plus ou moins fibreuse ou sucrée, En général, au jardin, je me contente de semer au printemps des graines de potimarron mais l'an passé, j'ai voulu essayer une courge moins connue : la BUTTERCUP.

    buttercup 2.jpg

    La peau est d’un vert foncé, et la chair semblable à la courge musquée, c’est-à-dire orangée, compacte, très tendre, sucrée et pas du tout filamenteuse. La courge Buttercup trouve sa place dans les gratins, les potages, les purées ou en compagnie de pommes de terre. Idéalement, il faut la consommer dans les deux mois suivants la récolte et elle se conserve en général très bien.

    Et si l'on fait pousser côte à côte potimarron et butercup, voilà ce qui peut arriver... avec des pollinisations imprévues.

    potimarron.jpg

    Attention ! Toutes les courges ne sont pas comestibles et consommées trop mûres elles peuvent provoquer chez certains des troubles digestifs voire d'alopécie (chute des cheveux). On doit cette découverte au Dr Philippe Assouly, dermatologue à l’hôpital Saint-Louis de Paris. La responsable serait probablement l'abeille. Comment s'en préserver ? C'est l'amertume qui doit alerter et il faut donc goûter avant de consommer.

     

  • Ce n'était pas la jussie.

    Encore une plante invasive dans les cours d'eau de Bretagne !

    J'étais la semaine dernière dans la région de Lorient et j'ai remarqué que les rives du Blavet étaient envahies par une plante invasive et inconnue de moi. Ce n'était pas la jussie. Après une petite recherche sur internet, j'ai trouvé la responsable : il s'agit de l'hydrocotyle fausse renoncule.

    hydrocotyle Blavet.jpg

    hydrocotyle 2.jpg

    C'est une vivace rampante, tapissante, ses feuilles arrondies ressemblent un peu à celles du trèfle. Les fleurs sont blanches, petites et peu visibles.

    hydrocotyle.jpg

    Venue d'Amérique du Nord, elle a été sans doute introduite à partir d'aquariums de particuliers. Elle est apparue en 2015 mais elle prolifère particulièrement cette année, peut-être à cause de la sécheresse et du plus faible niveau d'eau dans le Blavet.

    L'arrachage manuel puis mécanique n'a pas eu d'effet et est coûteux. Alors que faire ?
     
  • SENLISSE, ET LE BRUIT... DE CERTAINS MOTARDS.

    Une fois n'est pas coutume. Aujourd'hui, c'est un billet d'humeur, de mauvaise humeur !

    Depuis des années, des habitants de Senlisse (et des communes environnantes) se plaignent du bruit engendré par CERTAINS motards qui se donnent rendez-vous aux Vaux de Cernay ou à Dampierre, et qui aiment, à cette occasion, faire vrombir leur moteur plus que nécessaire ou encore s'exercer à la vitesse, en ligne droite mais aussi dans les virages.

    Des procès verbaux ont été dressés, des radars et des ralentisseurs installés, des panneaux de sensibilisation posés... mais rien de tout cela n'a eu vraiment d'effet. Les motards ont, parait-il, besoin de se défouler selon le Président de la Fédération des motards en colère (FFCM) (voir ICI).

    Un nouveau type de radar, anti-bruit cette fois, a vu le jour en juillet dernier à Saint-Forget (pourquoi Saint-Forget ? pourquoi là ?). Il a été inauguré en présence des médias par notre député, les maires de la communauté de communes de la Haute Vallée de Chvreuse et l'Observatoire du bruit en Ile-de- France (Bruitparif). Il est en phase d'expérimentation... pour une période de 18 mois et ne verbalise donc pas.

    radar anti-bruit.jpg

    Une fois le radar « Méduse » étalonné, il restera à créer une loi permettant de sanctionner : « Cela pourra être long, mais à terme, et une fois la technologie parfaitement au point, il faudra convertir l’expérimentation en dispositif légal et réglementaire », a expliqué notre député.

    De qui se moque-t-on, avec ce nouveau gadget ? Les "vilains" motards ne risquent rien, ils vont poursuivre leurs jeux dangereux et bruyants pendant encore des années en toute tranquillité. Ils l'ont bien compris : Méduse n'a pas été vandalisé et est toujours en place...