compteur de visite /Users/bernardpoulain/Desktop/googlebc892f82d975c592.html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 4

  • LES CHENILLES PROCESSIONNAIRES DU PIN

    C'est à la fin de l'hiver ou au début du printemps qu'elles quittent les nids en procession pour s'enfouir dans le sol. Chaque chenille tisse alors un cocon et se transforme en papillon en juillet/août.

    Les oeufs sont groupés et déposés sous forme de manchons  qui entourent les aiguilles de pin avec éclosion 30 à 50 jours plus tard. Les nouvelles chenilles se regroupent ensuite en colonies et tissent  en commun des nids soyeux blancs très visibles dans les arbres.

    Et c'est ainsi que des forêts entières de pins peuvent être envahies avec défoliation et affaiblissement important conduisant à la mort des arbres.

    Et en plus, ces chenilles sont très dangereuses pour l'homme mais aussi pour nos amis les chats et les chiens qui souvent veulent jouer avec ou les manger. En effet, elles présentent des poils urticants qui sont reliés à une glande à venin.

     

    Free Image Hosting at www.ImageShack.us

     

    A bientôt... 

  • LES CROCUS (iridacées)

    Il y a quelques jours, en traversant Senlisse pour aller dans le bois des Maréchaux, j'ai aperçu dans un jardin un lit de crocus... 

     

    ine4.jpg

     

    On en compte environ 90 espèces mais le tiers fleurit à l'automne. Il faut une terre bien drainée pour un bon développement des crocus. Et pour qu'ils se multiplient naturellement dans les pelouses, il faut éviter de passer la tondeuse avant que les feuilles ne soient fanées.

    Le pire ennemi de ces petits bulbes sont les rongeurs.

  • LE CHATEAU DE LA CELLE-LES-BORDES

    Pour en finir avec ce château et l'évocation du livre de Félicité Herzog, "UN HEROS", voici une photo prise lors de ma visite et un court extrait du livre en rapport avec la photo :

    " Face à nous, deux autres pièces empaillées, celles-ci de taille, représentaient la lutte à mort de deux cerfs de dix cors qui n'avaient pu se détacher l'un de l'autre à temps pour fuir et avaient été pris agonisants, liés à jamais par le choc de leur bois au combat. Les deux cerfs s'échangeaient des regards douloureux qu'était parvennu à rendre le taxidermiste. C'était une cruelle allégorie sur la nécessité de s'entendre."

     

    411478LaCellelesBordes.jpg

     

    Je ne suis pas du tout amateur de ce genre de trophée et il s'agit plutôt d'une curiosité. Je voudrais préciser que ce château a appartenu à la duchesse d'Uzès, célèbre pour ses chasses, et qu'il abrite une collection d'environ 2 4000 trophées (appelés aussi massacres). Il y en a au plafond, sur les murs, dans les couloirs... De quoi faire des cauchemars :-)