compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jardin

  • LA GRANDE ORTIE (ortie dioïque)

    Tout comme le pissenlit, ou le chiendent, voici encore une "mauvaise herbe" très commune... et pourtant bénéfique par certains côtés. En effet, elle stimule la croissance d'autres plantes, accentue la saveur des plantes aromatiques voisines, renseigne sur la nature et la qualité du sol... Famille des urticacées.

    L'ortie dioïque indique un sol fertile car elle se plait dans les décombres, les sols riches en nitrates, humides. Elle peut atteindre 1,50 mètres de haut, les feuilles opposées alternes dessinent une croix vues de dessus et sont couvertes de poils urticants contenant de l'acide formique, tout comme la tige. Elle donne de juin à septembre des fleurs vertes pollinisées par le vent. Les fleurs mâles et femelles poussent sur des pieds séparés (alors que la petite ortie ou ortie brûlante porte les fleurs mâles et femelles sur le même pied). Elle se reproduit aussi par ses racines traçantes ce qui explique sa capacité à se propager rapidement.

     

    ortie,nature,plantes,jardin

     

    Ses utilisations au jardin sont nombreuses :

    . comme purin d'ortie (à la mode ces dernières années, mais attention au... "parfum") : engrais et répulsif pour les insectes,

    . comme activateur de compost,

    . comme nourriture : récolter les jeunes feuilles des sommités avant la floraison, les faire cuire (elles ne piquent plus...) et se préparent en soupe, en gratin... Le goût rappelle un peu celui des épinards ou de la laitue cuite. On en fait aussi des infusions.

    . comme plante médicinale : elle est riche en fer, potassium, silice, magnésium, vitamines A et C. D'après François Couplan, ce serait la plante verte la plus riche en protéïnes. Elle est diurétique et dépurative, et préviendrait même la chute des cheveux en fortifiant le cuir chevelu.

    Alors, vous êtes toujours décidés à vous débarasser des grandes orties qui poussent au fond du jardin ?

    Et si vous êtes un fan de l'ortie (ou si vous pensez le devenir), il existe un petit livre de recettes culinaires spéciales orties : La cuisine de l'ortie de Bernard LEGAY chez AEDIS (ISBN 2-84259-136-4). J'avais acheté ce livre au Salon du Livre à Paris, il y a quelques années. J'ai rencontré cet auteur le mois dernier, par le plus grand des hasards, lors d'une kermesse de village dans la France profonde.

  • LE LISERON DES CHAMPS (convolvulacées)

    Cette plante rampante et grimpante (jusqu'à 2 m), de la famille des convolvulacées, est une vivace très commune. A distinguer du liseron des haies. Les fleurs, blanches ou roses, sont plus petites et légèrement parfumées.

     

    nature,fleurs,jardin,78


    Les fleurs apparaîssent de juin à septembre, se referment la nuit et avant une averse de pluie (pourrait peut-être remplacer les prévisions à très court terme de la météo...).

    C'est une plante envahissante. Les racines ressemblent un peu à des spaghetti qui peuvent descendre jusqu'à 1 m dans le sol. Il est donc très difficile de se débarrasser de cette mauvaise herbe au jardin une fois qu'elle est installée, chaque fragment de racine pouvant donner naissance à une nouvelle plante. Dommage car je la trouve assez belle avec ses fleurs sans cesse renouvelées et elle peut avantageusement recouvrir une tonnelle ou tout autre mobilier de jardin.

    Elle est peu employée en médecine. Ne se mange pas.

    Mais ce liseron attire les abeilles, c'est important et il en faut. Bzzz... Bzzzz... Bzzzzz...