compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plantes à fleurs jaunes - Page 4

  • LA CHELIDOINE

    C'est la célèbre herbe aux verrues qui doit sa renommée populaire au "lait" orangé vif qui s'écoule quand on casse la tige ou la racine. Au fait, est-elle réellement efficace ? S'il y a des témoignages, ils seront les bienvenus ici... dans un sens ou dans l'autre.

     

    chlidoine.jpg

     

    Cette plante est commune sur tous les murs à la campagne et même parfois en ville. Elle est vivace et reconnaissable facilement  à cause de la couleur jaune orangé de la fleur.

    Mais elle est toxique et dangereuse car elle fait partie de la trentaine de plantes (sur les 4 500 de la flore française) pouvant provoquer des intoxications mortelles. Il faut donc la proscrire absolument en automédication et en usage interne. Elle est utilisée en homéopathie sous forme très diluée.

    C'est l'une des plantes de ce blog au sujet de laquelle il m'est envoyé des mails avec questions depuis toujours. 

  • LA FICAIRE

    C'est l'une des premières fleurs sauvages du printemps.

    Elle est d'un jaune éclatant qui ressort d'autant plus que le feuillage est plutôt vert sombre. On trouve cette ficaire en grand nombre dans tous les lieux humides (ou pas) et elle a une tendance désagréable à s'étendre inconsidérément... 

    Pour plus de détails, voir ICI.

     

    ficaire.jpg

  • L'EPINE-VINETTE (suite)

    J'ai déjà "parlé" ici du pisse-vinaigre, ou vinettier, ou oseille des bois, ou berberis...

    Il s'agit bien d'un arbrisseau buissonnant, épineux et à feuilles caduques. Je viens d'en rencontrer un exemplaire, il y a quelques jours en me promenant. Il n'y avait plus une seule feuille mais les baies étaient encore là car elles persistent tout l'hiver, quand les oiseaux ne sont pas trop affamés. Cette année, l'hiver n'a pas été rude (jusqu'à maintenant) et il y a donc des restes... au garde-manger.

     

    187535pinevinette.jpg

      

    Une prochaine fois, quand j'aurai une photo, je vous montrerai les fleurs, en grappes pendantes, d'un beau jaune. Mais ce sera plus tard (mai/juin). Peut-être !

  • LA JUSQUIAME BLANCHE (Suite)

    La fleur en forme de cloche de cette jusquiame blanche est en fait plutôt jaune que blanche, avec une gorge pourpre, noire ou verte. La floraison intervient de mai à octobre. C'est une bisannuelle ou annuelle, poilue (glanduleuse avec une odeur désagréable). Les feuilles sont alternes, pétiolées, dentées pour les supérieures. Capsules à deux loges s'ouvrant à maturité. C'est la même famille que la tomate, la pomme de terre, la morelle noire...

    Elle est relativement rare, et pousse principalement en région méditerranéenne dans les friches, les décombres, le long des murs, dans les rocailles, dans les chemins. Celle de la photo a été trouvée dans le Gard.

     

    jusquiame2.jpg


    (photo de ma correspondante particulière :-) en région méditerranéenne, Véron)

     

    D'après Wikipédia :"Le terme de "jusquiame" est un emprunt au bas latin jusquiamos, jusquiamus, du latin hyoscyamos, hyoscyamum et du grec ὑοσκύαμος (uoskuamos) de même sens, morphologiquement « fève de porc ». Il s'agit d'une allusion à l'épisode de l'Odyssée durant lequel la magicienne Circé transforma en pourceaux les compagnons d'Ulysse en leur faisant pour cela boire un philtre contenant de la jusquiame. Mais Ulysse était immunisé grâce à un antidote - végétal - dont Hermès lui avait fait présent. Certains interprètent cet épisode comme une métaphore opposant la bestialité (le pourceau) à la raison. Toutefois, les solanacées "vireuses", dont fait partie la jusquiame, sont fréquemment évoquées dans les histoires de métamorphoses d'homme en animal : lycanthropie par exemple. Elles peuvent en effet générer des hallucinations particulièrement puissantes, y compris celle d'avoir pris la forme d'un animal, au point d'en adopter le comportement."

  • LA JUSQUIAME BLANCHE (solanacées)

    Il y a quelques mois, j'indiquais dans une note que je commençais à manquer de "munitions" c'est à dire que je ne trouvais plus beaucoup de plantes et fleurs nouvelles autour de Senlisse. J'ai été entendu et une âme charitable, Véron, qui habite en général le sud-est de la France (quand elle n'est pas en voyage...) vient de m'adresser quelques photos d'une plante que l'on ne trouve pas par chez moi. Je vais vous en faire profiter et exceptionnellement, la photo de ce jour n'est donc pas de moi. Peut-être est-ce le début d'un blog collaboratif ?

     

    jusquiameblanche.jpg



    Cette plante, la voici dans son état délabré c'est à dire longtemps après la floraison mais les lecteurs un peu fidèles pourront voir la fleur dès la prochaine fois.

    La jusquiame blanche est très toxique dans toutes ses parties, tout comme la jusquiame noire, laquelle se distingue par ses fleurs blanc-jaune qui sont veinées de violet alors que l'autre est également blanc-jaune mais non veinées de violet.

    A la prochaine fois. 

  • LE FENOUIL COMMUN (apiacées)

    Le fenouil est fréquent dans tout le midi de la France mais je l'ai rencontré très souvent aussi au bord de la mer en Bretagne et le long du sentier des douaniers, dans le Cotentin. Je garde de cette plante un souvenir tout à fait particulier à cause de l'odeur anisée très puissante qu'elle dégage lorsque ses graines commencent à sécher au début de l'automne (ne pas confondre avec le fenouil marin).

     

    744820fenouil.jpg

     

    C'est une plante bisannuelle ou vivace et elle peut atteindre 2,5 m de haut. Le feuillage est très découpé, les tiges striées avec au printemps des petits renflements (appelés faussement bulbes) à la base des pétioles. Les fleurs (juillet à septembre) jaunes et très petites sont disposées en ombelles. 

    Les fruits, jaune/vert, sont striés de 5 côtes. On récolte les tiges et les faux bulbes au printemps, pour les manger. Quant aux graines, il faut attendre le début de l'automne pour qu'elles soient bien sèches, comme ici sur la photo (attention, à ne pas les confondre avec d'autres apiacées toxiques).

     

    fenouil3.jpg



    Les graines du fenouil font partie des 4 semences chaudes avec l'anis, le coriande, et le carvi lesquelles facilitent la digestion et des 5 racines diurétiques avec le fragon, l'ache, l'asperge, et le persil (d'après M.C. PAUME). Le fenouil est galactogène, carminatif, antispamodique, riche en calcium, en vitamine A... et son huile essentielle riche en anéthol.

    Enfin, nos amies les abeilles aiment beaucoup cette fleur. Quant à moi, je préfère le bar... sans fenouil. 

  • LE FAUX NENUPHAR (menyanthacées)

    C'est une petite plante aquatique (son nom savant est "nymphoides peltata") qui vit dans les eaux calmes et peu profondes de certains étangs, mais on la trouve aussi dans le commerce.

    Ses feuilles (5 à 10 cm) sont arrondies et ressemblent beaucoup à celles du nénuphar. Les fleurs jaunes ou blanches sont à 5 pétales et apparaissent au dessus de la surface de l'eau, de juin à septembre.

    Les anglais la nomment "floating heart" : coeur flottant. Tout un programme...

     

    nymphodes.jpg

  • LA FICAIRE (suite)

    Les premières fleurs au jaune éclatant (les ficaires) sont bien là. Elles commencent à tapisser certaines zones des sous-bois, ne s'ouvrant que lorsque la lumière est suffisante.

    C'est une renonculacée mais ne pas confondre avec le bouton d'or, plus tardif, à la fleur et à la feuille différentes.

     

    ficaireh.jpg



    Son autre nom vernaculaire, assez peu poétique, est l'herbe aux hémorroïdes.