compteur de visite /Users/bernardpoulain/Desktop/googlebc892f82d975c592.html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plantes tinctoriales

  • LE CLINOPODE COMMUN (lamiacées)

    C'est une vivace commune, qui est poilue, avec des feuilles opposées, dentées, à pétiole court qui ressemblent un peu à celles du basilic. Les fleurs (juillet à octobre) sont rouge/pourpre, et viennent à l'aisselle des feuilles.

     

    clinopodecommun2.jpg

     

    On le trouve dans les broussailles, les haies, les bois clairs. Il est fréquent.

    C'est une plante médicinale et tinctoriale (teinture jaune).

    Son autre nom : calament clinopode (aspect et odeur de menthe).

  • LA LYSIMAQUE COMMUNE (primulacées)

    C'est la grande lysimaque, une vivace à stolons et à tiges dressées, poilue, de 0,50 à 1,30 m, fréquente en colonies dans les sols marécageux, le bord des rivières et des étangs, dans les fossés. On trouve la version "améliorée" et cultivée dans les jardins sous le nom de lysimaque ponctuée.

     

    Upload images

     

    Les feuilles sont opposées ou verticillées. Aux aisselles des feuilles supérieures poussent, de juillet à août, des inflorescences en forme pyramidale, d'un beau jaune d'or (5 sépales verts bordés d'orange et 5 pétales jaunes).

     

    Upload images

     

    Autrefois, on étalait cette plante près du bétail pour le calmer et elle servait aussi à repousser les mouches. Dans les maisons, après sèchage, on la faisait brûler pour éloigner les insectes. Plus écologique que "baygon" ! Enfin, ce serait également une plante tinctoriale.

     

  • LE GENET DES TEINTURIERS (fabacées)

    Des genêts, il en existe beaucoup et j'ai déja écrit (ici) au sujet du genêt à balai.

    Le genêt des teinturiers est un buisson beaucoup plus petit (0,30 m à 1,00 m) que l'on trouve assez fréquemment au bord des routes et des chemins, dans les prairies sèches, plus rarement en région méditerranéenne.

     

    plante,fleurs,herbier,nature

     

    Les tiges sont sans épines, et les feuilles entières et allongées. La fleur (mai à août) est d'un beau jaune éclatant et le bas de la fleur (carène) est tout à fait caractéristique. Quant au fruit, c'est une gousse.

    Attention, plante TOXIQUE.

     

     

  • L'ARNICA MONTANA (astéracées)

    C'est une fleur miraculeuse, connue de tous, ou presque. En usage externe (pommade), elle soigne les irritations de la peau, les inflammations diverses, les ecczémas légers, les rougeurs, les gerçures, l'acnée, l'érythème fessiers des bébés, les plaies... Toujours en usage externe, elle est conseillée en cas de coups, chocs, ématomes... et en homéopathie (traumatismes physiques et moraux).

     

    nature,fleurs,plantes,herbier

     

    Elle est est tellement recherchée et cueillie qu'elle a tendance à disparaître et qu'elle est maintenant protégée dans certaines régions ou pays d'Europe.

    L'arnica, ou tabac des Vosges, ou plantain des Alpes, ou herbe aux pêcheurs, est une vivace herbacée qui vit dans les prairies et bois de montagne (donc, pas à Senlisse). Elle mesure de 20 à 60 cm, elle est poilue, avec des feuilles presque toutes en rosette à la base et une tige avec seulement 2 feuilles opposées. Fleurs (mai à septembre) en capitule jaune orangé qui se ferment quand il va pleuvoir.

    Enfin, c'est une plante tinctoriale, et elle servait aussi de colorant alimentaire (beurre).

    En interne, attention, très toxique pour le système nerveux.

     

     

  • LA GAUDE (résédacées)

    Ses autres noms : réséda jaunâtre (reseda luteola), réséda des teinturiers. On trouve cette bisannuelle dans les décombres, les friches, le bord des chemins, les carrières... un peu partout car elle est assez fréquente, même autour de Senlisse.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier,photos

     

    La tige est dressée, rigide, généralement pas ou peu ramifiée et dans ce cas, seulement dans le haut (comme sur la photo). Les feuilles sont alternes, simples, entières et les fleurs (mai à octobre) vert jaunâtre, de 4 à 5 mm, en grappe longues et très étroite. 4 pétales très découpés. Fruit (capsule) globuleux à 3 dents.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier,photos

     

    C'est une plante tinctoriale et jusqu'à l'arrivée des teintures chimiques, la gaude était la meilleure source de jaune. Les laques de gaude étaient également réputées chez les peintres.

  • LE PASTEL DES TEINTURIERS OU GUEDE (brassicacées)

    En octobre dernier, à mon retour du Gers, j'avais parlé ici de cette plante et de Lectoure ...mais je n'avais pas pu vous montrer la fleur car la floraison intervient de juin à août. La direction de ce blog ne reculant devant aucun effort pour satisfaire ses lectrices et lecteurs, voici la fameuse plan-plante qui donne le magnifique... bleu pastel.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier,photos

     

    Je précise que cette fleur ne pousse pas naturellement à Senlisse et que ce sont bien entendu les feuilles, et non la fleur, qui donnaient les "coques" ou "coquagnes" de couleur bleu pastel.

  • L'OSEILLE SAUVAGE (polygonacées)

    Celle-ci, c'est rumex acetosa... pour les puristes, ou vinette, ou surelle pour les autres. Il y a de nombreuses variétés d'oseilles et elles sont toutes comestibles, encore faut-il ne pas les confondre avec d'autres plantes, comme l'arum (toxique). Très fréquente.

    Au début du printemps, cette vivace des talus et des prés apparaît en touffes, les feuilles sont ovales et coupées en deux près du pétiole formant ainsi deux pointes.

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    Les feuilles supérieures engainent petit à petit la tige. Cette tige florale de 30 à 60 cm, porte à son sommet (de mai à septembre) un épis de fleurs peu ou pas ramifié, très petites, vertes ou rougeâtre. Quant au fruit sec, il est noir et brillant.

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    Les rumex se séparent en deux groupes : plantes dioïques (petite taille) avec les oseilles et plantes hermaphrodites (grande taille) avec les patiences.

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    Les feuilles ont une saveur acidulée à cause de la présence d'acide oxalique et elles se ramasent au printemps. Elles sont très riches en vitamine C et en magnésium, et se consomment à dose modérée, crues en salade, en omelette, en soupe (mais attention à la soupe ... à la grimace). Les oseilles sont rafraîchissantes, antiscorbutiques et apéritives. Enfin, l'oseille est tinctoriale (jaune ou rouge), l'acide oxalique servant de fixateur de couleur.

     

     

  • L'AULNE GLUTINEUX (bétulacées)

    J'aime la nature, les ruisseaux, les arbres. J'habite rue du Moulin d'Aune, et il y a des aulnes au bout de ma rue. Il était donc logique que je vous "parle", un jour ou l'autre, de l'aulne glutineux (ou aune, ou verne ou vergne).

    Le nom même de cet arbre signifie "bord de l'eau" et on le trouve en général en zone humide, non loin des eaux vives. Il est en si grand nombre dans le Massif Central qu'il a donné son nom à l'Auvergne.

    On le reconnaît facilement grâce à ses fruits visibles toute l'année et caractéristiques : ce sont des petites pommes de pin miniature qui pendent par grappes de 3 ou 4. Début mars, en général, il fleurit et les fleurs femelles se transformeront ensuite en mini pommes de pin. Elles resteront sur l'arbre toute l'année suivante.

     

    nature,arbres,photos

     

    Le tronc est crevassé et peut atteindre une trentaine de mètres. Les feuilles sont vertes, luisantes dessus, ovales et dentées. Il est parfois l'hôte d'un petit oiseau , le tarin des aulnes, qui se nourrit principalement des semences.

    L'aulne glutineux, grâce à son puissant réseau de racines, stabilise les rives des cours d'eau menacés par l'érosion. Il a aussi la propriété de fixer l'azote de l'air (le long de ses racines existent de petites billes blanches dues à l'activité de bactéries vivant en symbiose avec l'arbre). Oui, oui !

    Son bois, jaune à l’abattage, s’oxyde rapidement en prenant une coloration rougeâtre. Immergé dans l’eau, il devient imputrescible alors qu'à l'air, il pourrit très rapidement. On s’en servait autrefois pour confectionner des canalisations, des gouttières, des tonneaux, des pieux de fondations. Venise serait en partie construite sur des pilotis en bois d'aulne (et d'orme). C’est un bois tendre et léger, qui se travaille facilement (fabrication de sabots, échelles, chaises...). Il est aussi considéré comme un excellent fourrage et augmenterait la production des vaches qui en consommeraient. Enfin, quand on le brûle, il dégage une très forte chaleur.

    J'ai été un peu long... mais c'était l'arbre de ma rue !!!