compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LA LYSIMAQUE COMMUNE (primulacées)

    C'est la grande lysimaque, une vivace à stolons et à tiges dressées, poilue, de 0,50 à 1,30 m, fréquente en colonies dans les sols marécageux, le bord des rivières et des étangs, dans les fossés. On trouve la version "améliorée" et cultivée dans les jardins sous le nom de lysimaque ponctuée.

     

    Upload images

     

    Les feuilles sont opposées ou verticillées. Aux aisselles des feuilles supérieures poussent, de juillet à août, des inflorescences en forme pyramidale, d'un beau jaune d'or (5 sépales verts bordés d'orange et 5 pétales jaunes).

     

    Upload images

     

    Autrefois, on étalait cette plante près du bétail pour le calmer et elle servait aussi à repousser les mouches. Dans les maisons, après sèchage, on la faisait brûler pour éloigner les insectes. Plus écologique que "baygon" ! Enfin, ce serait également une plante tinctoriale.

     

  • LA PARIETAIRE OFFICINALE (Urticacées)

    De la même famille que la grande ortie. c'est une plante vivace souvent rougeâtre et ses autres noms sont casse-pierre, perce-muraille... On la trouve un peu partout  et principalement dans les murs et les rocailles du midi de la France, mais pas uniquement (celle de la photo était dans le Cotentin).

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    Ses tiges de 10 à 60 cm sont brun/rouge avec des feuilles alternes, entières, lancéolées, vert mat, . Les fleurs (mai à septembre) sont petites, rouge/verdâtre.

    C'est une plante médicinale connue depuis fort longtemps notamment pour ses effets diurétiques et pour calmer la toux. Attention, le pollen de cette pariétale provoque parfois des allergies (rhume des foins). Rien n'est jamais tout bon ... ou tout mauvais !

    On peut aussi manger les feuilles avec celles de l'ortie, en soupe.

     

     

  • LA VESCE CRACCA (fabacées)

    C'est la vesce à épis, le luizet des prés, le pois à crapauds... Elle pousse fréquemment dans les prairies, les haies, les bois clairs, le bord des autoroutes. C'est la même famille que la lentille, le pois et la vesce des champs.

     

    nature,plantes,herbier,fleurs sauvages

     

    Cette vivace grimpante, à souche rampante, mesure 0,50 m à 1,50 m. Elle est donc plus grande que la vesce des haies dont les couleurs sont également plus ternes. Les tiges sont anguleuses et les feuilles, composées de 6 à 15 paires de folioles allongées, sont terminées par une longue vrille.

    Les fleurs (mai à septembre), bleu lavande, parfois violettes, sont en longues grappes avec un fleurissement progressif de bas en haut. Fruits (gousses) renferment 4 à 8 graines, brunes, à saveur d'amande amère (acide cyanhydrique = toxique ).

    C'est une mauvaise herbe dans la mesure ou elle se reproduit très rapidement grâce à sa souche ramifiée et ses graines.

     

     

  • LA BETTE MARITIME (chénopodiacées)

    C'est la betterave sauvage, ou poirée, une bisannuelle (ou vivace) de 30 cm à 100 cm qui prospère sur les dunes du littoral français, les marais salants, les galets des plages... donc à la mer, dans les sols salés.

     

    nature,plantes,herbier,fleurs sauvages

     

    Les tiges sont rampantes ou dressées, robustes, anguleuses, parfois teintées de rouge et les feuilles, coriaces, en coeur ou lancéolées. Fleurs vertes (juin à septembre), en épis, parfois rougeâtres. Fruit globuleux.

    Il paraît que tout se mange dans la betterave sauvage, la racine (sucrée), cuite ou crue, mais aussi les feuilles, en salade. Avec, ou plutôt sans sel :-)

     

  • L'ECUREUIL DU JARDIN

    Aujourd'hui, notre ami l'écureuil a profité de la pluie pour faire son ravitaillement ...

    Ce n'est pas encore cette année que nous mangerons beaucoup de noisettes !

    cureuildujardin.jpg

     

    Le même, il m'a vu...

     

    cureuil2.jpg

  • LA LAVATERE ARBORESCENTE (malvacées)

    C'est la mauve royale qui vit sa vie tranqsuille dans les jardins mais qui s'est échappée parfois pour vivre en liberté, notamment au bord de la mer.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    C'est une bisannuelle pouvant atteindre 3 m de haut avec des fleurs pourpre rosé. On la trouve très fréquemment dans le Cotentin, sur les dunes, mais ailleurs aussi.

     

     

     

     

  • LA GRANDE CIGUE (apiacées)

    On l'appelle aussi la ciguë tachetée. Elle se distingue de la petite ciguë par sa taille, ce qui est... logique. C'est une annuelle ou bisannuelle, très grande (1 à 2 m, et parfois plus), aux tiges creuses tachées de brun rouge à la base que l'on trouve assez souvent dans les bois clairs, les lieux humides, les friches. Les feuilles grandes et très découpées dégagent une odeur tout à fait particulière et désagréable lorsqu'on les froisse (pipi de chat).

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    Les fleurs sont des ombelles qui ressemblent à toutes les ombellifères (ou apiacées) et qui comprennent 10 à 20 rayons, fleurs blanches très petites (juin à août). Fruit globuleux, ridé.

    Toute la plante est TRES TOXIQUE (conicine) et notamment les fruits (mort de Socrate). Elle est cependant utilisée comme antidote de la strychnine et des infections tétaniques ainsi qu'en homéopathie. Il y a peu d'intoxications accidentelles sauf confusion toujours possible avec le persil, mais la taille de la plante est bien différente et surtout l'odeur...

     

     

  • LE MELILOT OFFICINAL (fabacées)

    J'ai déjà présenté ici le mélilot blanc mais aujourd'hui, c'est du mélilot officinal dont il est question. Il est jaune et a plein d'autres noms vernaculaires : herbe aux mouches, couronne royale, lotier à miel ... (d'après Thierry THEVENIN, dans son livre LES PLANTES SAUVAGES).

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    C'est une plante bisannuelle de 30 à 130 cm, ramifiée avec des tiges fortes et creuses, et des feuilles trifoliées, ovales, dentées. Elle fréquente les talus herbeux, les terrains vagues, le bord des champs et est assez fréquente. Les fleurs (mai à septembre) en épis sont petites, jaune, très odorantes et recherchées par les abeilles. Le fruit est une gousse pointue, ridée, noire à maturité.

    Toujours d'après T. THEVENIN, les fleurs séchées ont des vertus antispasmodique, calmante et diurétique (tisane). Par ailleurs, ce mélilot pourrait remplacer la vanille et parfumer agréablement les yaourts maison. Enfin, et c'est bon à savoir, on l'utilisait en bouquets dans les armoires comme antimites (tout comme la lavande).

  • LE LISERON DE MER (convolvulacées)

    Ce liseron, appelé aussi liseron des sables, ressemble bien entendu au liseron des champs avec toutefois des différences. C'est une vivace rampante de 10 cm environ de hauteur, que l'on trouve fréquemment dans les dunes et sur les plages de galets du littoral.

      

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    La plante contient un latex blanc et les feuilles sont adaptées au climat : elles sont épaisses, charnues, rondes (certains disent en forme de rein...), avec un long pétiol. La fleur est rose, plus grandes que celle du liseron des champs, avec des rayures blanches.

    Floraison de juin à septembre.