compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LA VERVEINE SAUVAGE (verbénacées)

    Cette verveine, dite aussi verveine officinale, a bien d'autre noms communs : herbe sacrée, herbe à tous les maux, herbe aux sorciers, herbe aux enchantements. Vous vous doutez qu'il s'agit d'une plante précieuse...

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    Et pourtant, c'est une vivace fréquente mais discrète, filiforme, de 30 à 120 cm de haut, qui pousse à la campagne, sur les talus, les bords de chemins, dans les bois clairs, et même les friches. Les tiges carrées, creuses, sont pratiquement dépourvues de feuilles et se divisent en rameaux symétriques. Feuilles en rosette au printemps. Les fleurs (juin à octobre) sont petites (3 à 4 mm), blanches et mauves, groupées en un petit épi au sommet des rameaux.

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    Cette verveine était considérée par les Grecs, les Romains et les Celtes comme une plante sacrée. Ils la vénéraient tout autant que le gui et pensaient qu'elle chassait les mauvais esprits. Elle était supposée donner la voyance, servait à composer des philtres d'amour et était utilisée pour soigner l'épilepsie (aucun rapport avec les philtres...), les fièvres, les accouchements difficiles et d'innombrables maux.

    De nos jours, on lui reconnaît principalement des vertus toniques, digestives, diurétiques, anti-névralgiques, galactogènes et fébrifuges. Les infusions sont recommandées en cas de digestion difficile, ballonnements, maux d'estomac, rhumatismes, cellulite...

  • LE CHOU MARIN (brassicacées)

    Pour le W.E., nous quittons Senlisse pour aller à la mer... avec le chou marin ou crambe maritime. Je crois déceler chez certains comme une petite déception -:)

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    C'est une vivace de 30 à 60 cm , en touffe qui vit sur les plages du littoral, au milieu parfois des galets, sur les falaises et qui ressemble au chou.

    Les feuilles sont charnues et ondulées alors que les tiges sont épaisses. Les fleurs (environ 1 cm), blanches, apparaissent de mai à juin. Les fruits sont des silicules à 2 parties, contenant 1 ou 2 graines, dispersées parfois par la mer.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    "Ca se mange" et ce chou était autrefois cultivé. Il s'écrit qu'il était cultivé au potager royal de Versailles, c'est à dire à quelques kilomètres de Senlisse. Les Romains le conservaient en barils comme de la choucroute.

    ATTENTION, c'est une espèce protégée !

  • LA VALERIANE OFFICINALE (valérianacées)

    On l'appelle aussi herbe aux chats (car l'odeur des racines les excite comme s'ils avaient bu...) ou encore guérit-tout (antispasmodique, anti-épileptique, anti-convulsifiante, sédative du système nerveux et notamment favorise l'endormissement, anti-tumorale... mais seules les racines sont médicinales et ne pas surdoser).

    C'est une plante vigoureuse de 0,50 m à 2,00 m, très commune, que l'on trouve principalement au bord des rivières, les marécages, les prairies humides comporte de nombreuses sous-espèces. Les feuilles sont opposées, dentées, longues et divisées en nombreuses folioles vert foncé avec tige creusée de sillons. Les fleurs (juin à août) sont groupées au sommet des tiges comme des ombellifères et les fruits sont des akènes à aigrette plumeuse.

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    Peut être confondue avec la valériane dioïque mais celle-ci est beaucoup plus petite.

    Enfin, on se sert des fleurs en jardinage bio-dynamique pour équilibrer les fermentations du compost (il faut y croire pour que "ça marche" ?).

  • LA BRUNELLE COMMUNE (lamiacées)

    Ses autres noms communs sont : prunelle (à cause de la couleur brune de ses épis floraux), charbonnière. Elle est très fréquente dans les prés, les bois clairs, les paturages, les fossés des routes ... et en colonie dans ma pelouse à SENLISSE (avant qu'elle ne soit grillée par le soleil).

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    C'est une vivace de 5 à 40 cm, à la tige carrée, légèrement duveteuse, avec des feuilles opposées, peu nombreuses. Les fleurs (juillet à octobre), au sommet de la tige, sont assemblées en épis courts, bleu violacé, rarement blanches. Ces épis sèchent ensuite, brunissent, persistent pendant tout l'hiver et sont très caractéristiques de l'espèce au printemps suivant.

    On utilise en usage externe contre les coups et les contusions. Elle astringente, fébrifuge, hémostatique, et vulnéraire.

    Confusion possible avec la bugle rampante, entièrement velue et avec un épi plus gros.

  • LA SAUGE DES PRES (lamiacées)

    C'est une vivace de 30 à 80 cm de haut, en rosette au printemps avec des feuilles larges, gaufrées, vert foncé et en fleurs de mai à août, très fréquente dans les prés, le bord des chemins et des champs. Elle est assez belle (bien que poilue...), en touffes, ramifiée et dégage un parfum plus doux que celui de la sauge officinale. Les fins et longs "cheveux" enchevêtrés dans les fleurs, sur ma photo, proviennent d'une autre plante...

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

     Les fleurs, dressées le long d'une longue tige, sont d'un bleu violet intense (parfois roses ou blanches), avec une corolle à 2 lèvres, la supérieure en forme de capuchon avec 2 étamines. Quand une abeille vient butiner la fleur, son poids fait basculer la lèvre supérieure vers le bas, et le pollen est alors déposé sur le corps de l'animal lequel, en visitant ensuite une autre sauge, déposera ce pollen sur le long pistil qui dépasse. La lèvre inférieure, à 3 lobes, est plus courte.

    Comme la sauge officinale, cette sauge sauvage, a de nombreuses vertus médicinales (les mêmes) mais en moins marqué. Et souvenez-vous : qui a de la sauge dans son jardin, ne connaît pas le médecin.