compteur de visite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LA DIGITALE POURPRE (scrophulariacées)

    C'est une bisannuelle fréquente (mais absente dans le SE de la France) à la haute tige dressée (jusqu'à 1,50 m) que l'on trouve au bord des chemins et des routes, dans les bois clairs, les landes, en sol acide et dans les jardins car sa fleur est très décorative. Mais attention, toute la plante est TRES TOXIQUE et son absorption peut entraîner la mort !

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    Les feuilles, qui ressemblent un peu à celles de la consoude, sont simples, alternes, d'un beau vert pâle (les inférieures, en rosette) et duveteuses. Les fleurs (mai à septembre) sont disposées en épis, constitués de corolles de 4 à 5 cm de long, pourpre rosé, bordées de blanc avec des taches sombres à l'intérieur, toutes tournées d'un seul côté, vers la lumière.  Chaque corolle comprend 5 pétales soudés. Il y a 5 sépales, 4 étamines. Le fruit est une capsule.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier

     

    C'est une plante médicinale qui est cultivée en plein champ. On en tire la digitaline qui présente un grand intérêt notamment en cardiologie : ralentit le pouls, régularise l'activité cardiaque. Les substance à base de digitale sont également diurétiques mais ont la propriété de s'accumuler dans l'organisme.

     

     

  • LA RONCE BLEUATRE (rosacées)

    C'est la fin des mûres et les gelées succulentes sont rangées dans l'armoire pour l'hiver (en espérant qu'il en restera quelques pots à ce moment là...). Mais connaissez vous la fausse mûre, ou ronce bleuâtre ? J'en vois de moins en moins souvent le long des chemins et voici donc le prétexte pour en "parler" aujourd'hui puisque je l'ai photographiée cette semaine.

     

    nature,baies sauvages,herbier

     

    C'est comme la mûre mais la plante a des tiges plus courtes (0,20 à 0,80 cm) avec des rameaux cylindriques grêles garnis de beaucoup d'aiguillons mous. Les fruits (septembre) sont en bouquets terminaux composés de grains agglomérés peu nombreux (souvent 3 à 5, parfois 1) et plus gros que ceux de la mûre. La couleur de ces grains est tout à fait belle et ils sont recouverts d'une pruine qui leur donne un ton gris-bleu et mat remarquable (comme les prunelles). A l'intérieur, il y a une graine un peu rouge, en forme de virgule.

    La fleur est blanche en petits bouquets dressés. 5 sépales et 5 pétales fripés. Nombreuses étamines à longs filets blancs et anthères verdâtres.

    Enfin, il faut préciser que comme la mûre, le fruit se mange mais qu'il est acidulé (et puis, il faut encore plus de temps pour les ramasser...)

  • LA CAMPANULE GANTELEE ( campanulacées)

    On l'appelle aussi campanule à feuilles d'ortie car les feuilles ressemblent (vaguement) à celles de l'ortie. Elle est très fréquente un peu partout en France, dans les bois clairs, les lisières, les broussailles.

    C'est une vivace assez grande ( 0,30 m à 1 m), simple ou ramifiée, avec une tige dressée, forte, anguleuse et avec beaucoup de feuilles. Celles-ci sont longuement pétiolées à la base, en forme de coeur, dentées irrégulièrement, sessiles dans le haut de la tige.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier,photos

     

    Les fleurs (juin à septembre), relativement grandes (3 à 4 cm de long), sont disposées en grappes par 2 ou 3 à l'aisselle des feuilles. Corolle bleu-violet en forme de cloche à lobes ciliés, pétales court, style terminé par 3 stigmates. Le fruit est une capsule à 3 loges.

     

    nature,plantes,fleurs,herbier,photos

     

    Cette plante était autrefois utilisée contre les douleurs de la nuque.

    Il existe d'autres campanules, aux fleurs plus petites et à la tige fine. Je vous en parlerai une autre fois...

  • LA SAPONAIRE OFFICINALE (caryophyllacées)

    C'est l'herbe à savon, car toute la plante contient de la saponine, un poison particulièremet présent dans les racines, qui produit de la mousse au contact de l'eau. Et le risque en cas d'absorption, n'est pas seulement de faire des bulles !!!

    Autrefois, on utilisait la saponaire comme substitut au savon pour laver le linge. Elle était aussi utilisée (les fleurs) pour laver la soie et la laine. Potentiellement toxique, elle est cependant employée comme médicament pour guérir les inflammations internes.

     

    nature,fleurs,herbier,photos

     

    C'est une vivace de 30 à 80 cm, fréquente, qui pousse en colonies au bord des routes et des rivières, sur les talus, les terrains vagues, et qui est aussi cultivée dans les jardins.

    Les feuilles sont opposées, ovales, alors que les fleurs, odorantes, à 5 pétales rose pâle, s'épanouissent de juin à septembre. Fruit (capsule) allongé à 4 dents.

    La saponaire officinale ne fait pas partie de mes fleurs préférées car en fin de floraison, elle n'est guère jolie.

     

  • L'AMBROISIE (astéracées)

    Cette mauvaise herbe là est bien connue. Il vaut mieux l'éviter et même la DETRUIRE car elle est invasive. En plus, elle est à l'origine de graves problèmes de santé publique car elle libère une grande quantité de pollen au moment de la floraison (août/septembre), lequel provoque des allergies sévères du genre crises d'asthme, conjonctivites, rhinites... Cette année, "on" en parle moins qu'à l'ordinaire, sans doute à cause de la grippe H1N1 qui tient la vedette.

     

    nature,plantes,herbier,photos

     

    C'est une plante herbacée annuelle, ramifiée de 10 à 150 cm de haut, à la tige parfois rougeâtre, avec des sillons.  Feuilles opposées à la base puis alternes, minces et découpées, odorantes. Racine à pivot. Ne pas la confondre avec l'armoise, ou encore le chénopode.

     

    nature,plantes,herbier,photos

     

    Elle se développe dans les friches, les cultures, les bords de route et de chemin et colonise très rapidement les espaces libres. Elle est originaire d'Amérique du Nord et a été introduite en France en 1863 ... dans un lot de graines de fourrage. Merci !

    Elle est particulièrement fréquente autour de Lyon, dans la vallée du Rhône et certaines régions du sud de la France. Pour l'instant, rien à signaler à Senlisse, du moins à ma connaissance. Ouf !

    ATCHOUM !!! AT...